HORAIRES D'ÉTÉ 

Médiathèque 

Du 7 juillet au 29 août 2020 inclus

Mardi 9h00 -15h00
Mercredi 9h00 -15h00
Vendredi 9h00 -15h00
Samedi 9h00 -13h00

Cyberbase

Du 7 juillet au 1er août 2020 inclus

Mardi 9h00 - 15h00
Mercredi 9h00 - 15h00
Vendredi 9h00 - 15h00
Samedi 9h00 - 13h00

Fermée du 2 août au 7 septembre 2020 inclus

Artothèque

Le service de l'artothèque est fermé en juillet et en août.


Médiathèque F. Mitterrand, place Charles Ottina
Rens. 04 81 92 21 50 |
Nous contacter NOUS CONTACTER

MON COMPTE
N° de carte :
Mot de passe :

Bibliothèque numérique
Artothèque
Cyberbase
Bibliothèque numérique

 

 

bandeau artotheque

Place Charles-Ottina à Saint-Priest - Tél. 04 81 92 21 60
Nous écrire : artotheque@mairie-saint-priest.fr

HORAIRES : MARDI DE 14H À 19H / MERCREDI DE 10H À 18H / SAMEDI DE 13H À 17H (EN TEMPS D'EXPOSITION)

Sur rendez-vous et selon disponibilités du mardi au vendredi. Fermé en août. Pas de rendez-vous possibles le jeudi 26 juillet et le vendredi 27 juillet.
Accès : Tram T2 ou Bus C25 arrêt St-Priest Hôtel de Ville

Mettez de l'art dans votre vie !

Installée au cœur du centre-ville l’artothèque est un espace de 600m2 entièrement dédiés à l’art contemporain. Depuis 1983 l'artothèque prête des œuvres originales d’art contemporain à des particuliers et des collectivités (établissements scolaires, maisons de retraite, entreprises…) L’objectif est de diffuser l’art contemporain auprès du grand public et de faciliter l'accès à tous les grands courants picturaux, de la deuxième moitié du 20ème siècle à nos jours : surréalisme, abstraction, figuration narrative...
 

Viallat, Christo, Ben, Klein, Masson, Alechinsky, Bellmer, Di Rosa, Morellet, Tapiès, Soulages, Debré, Rainer… Ces grands noms font déjà partie d’une collection de plus de 1000 œuvres qui ne cesse de s’enrichir ! Viennent s’ajouter les noms de grands illustrateurs qui ont, pour la plupart, été invités au Salon du livre de Saint-Priest, petite édition / jeune illustration.

Membre du réseau des 8 artothèques de Rhône-Alpes, l’artothèque monte régulièrement des expositions, autour desquelles sont organisées des animations pédagogiques pour tous les publics

3 espaces modulables

Espace exposition
300m2 sont réservés aux différentes expositions qui sont accueillies tout au long de l’année.

Espace artothèque
800 œuvres d’art contemporain sont proposées en prêt.

Espace atelier
Cet espace est réservé aux ateliers pédagogiques des classes et groupes.

Les conditions

Prêt

Tarif annuel

 Particulier

 3 œuvres

tous les 3 mois

 11 €

Collectivités, associations, entreprises, magasins...

3 œuvres
6 œuvres

tous les 3 mois

 22 €
 33 €

Établissements scolaires de Saint-Priest

2 à 4 œuvres

tous les 3 mois

 GRATUIT

Documents à fournir : une pièce d’identité, une attestation d'assurance habitation et responsabilité civile

Oeuvre de la semaine

L'OEUVRE DU MOIS

"Sans titre (Your body is a battleground)"
Barbara Kruger

Montage photographique
Sérigraphie sur vinyle
1989

*L’œuvre du fonds de l’artothèque porte le texte « Savoir c’est pouvoir ».
Il s’agit d’un dépôt du Fnac.

L’œuvre
« Non, je ne fais pas de politique à proprement parler, je questionne le langage dans toutes ses situations …
J’essaie surtout d’introduire le doute dans l’esprit du spectateur, et je lutte contre les certitudes établies telles que j’ai raison et toi t’as tort, OK ?
» B. KRUGER

Le travail de Barbara Kruger se concentre depuis 1981 sur la technique des photomontages.
Dans son travail, elle juxtapose des photographies de presse en noir et blanc et des textes courts et agressifs, rédigés en blanc sur fond rouge. L’utilisation de la couleur est en général limitée à 3 : blanc, noir, rouge et différents tons de gris.

Elle applique un détournement de l’image publicitaire : ses slogans n’ont pas pour objectif de convaincre ou de mettre en valeur un produit, mais de « choquer » et pousser le regardeur à s’interroger sur des sujets de la société de consommation dans laquelle il évolue. La violence des images et des propos s’attache à traduire non seulement l’agressivité des stratégies du marketing, mais aussi le malaise des minorités (ethniques et sexuelles), brutalement soumises à l’autorité, blanche et masculine, et aux stéréotypes sociaux. L’utilisation des pronoms, comme « you » par exemple, renvoie souvent au rapport de force entre hommes et femmes.

L’œuvre ici présentée, « Your body is a battleground » (=Ton corps est un champ de bataille) se concentre sur une image féminine.
C’est en 1989, aux Etats-Unis d’Amérique alors présidés par George H. Bush, que Barbara Kruger réalise ce photomontage. La Cour suprême est saisie d’une affaire à propos d’une loi adoptée dans le Missouri aux fins de limiter les fonds publics destinés aux institutions pratiquant l’avortement. Nombreux sont ceux et celles qui craignent alors que la Cour suprême reconnaisse la validité de cette loi et revienne sur la décision qu’elle avait rendue en 1973 dans l’affaire Roe contre Wade à l’occasion de laquelle la Cour avait estimé que les lois pénalisant l’avortement (à la seule exception du cas où la vie de la femme enceinte est menacée) violait le 14e Amendement de la Constitution dont la Cour avait déduit un droit à la vie privée des femmes incluant dans une certaine mesure le droit de mettre fin à leur grossesse.
Les œuvres de Barbara Kruger, souvent de grand format, envahissent l’espace public et empruntent aussi leurs moyens de diffusion à la publicité: espaces publics et institutionnels, panneaux lumineux, installations murales, objets, sacs de courses… C’est le cas, pour citer un exemple, de l’œuvre « Know nothing. Believe anything. Forget everything » (installée à Manhattan, New York).
On peut rapprocher ses photomontages à l’Agit-Prop révolutionnaire, ou aux montages photographiques anti-hitlériens de John Heartfield.
Barbara Kruger fait partie d’une catégorie d’artistes que l’on nomme « artistes politiques » dans le milieu des années 1980.
Grace à la puissante combinaison de langage et image, son œuvre dénonce les manipulations des médias et de la publicité et l’image que la société nous renvoie de nous-mêmes : tous éléments, ceux-ci, qui engendrent une perte de l'identité individuelle au profit d'une identité de masse.

L’artiste
Barbara Kruger est une artiste conceptuelle américaine, née en 1945. Elle vit entre New York et Los Angeles.
Issue d’une famille de la classe moyenne du New Jersey, elle entreprend une formation en design en 1965 à NewYork, où ses collègues de cours sont la photographe Diane Arbus et le peintre et designer Marvin Israel.

A partir de 1966 elle travaille comme graphiste à la « Condé Nats Publications », qui publie les revues « Mademoiselle » et « Vogue », en tant que concepteur d’entrée de gamme au début, puis de graphiste, directrice artistique et éditrice d’images. Au cours de son expérience professionnelle, elle apprend les protocoles de construction des images destinées à la communication de masse et, notamment, à opérer les cadrages permettant le meilleur impact visuel – technique de saisie des regards, qu’elle réutilise ensuite dans ses premières pièces comme artiste en 1969.
Elle fait sa première exposition personnelle à la Galerie Mary Boone de New-York en 1987 : c’est l'une des premières femmes à rentrer dans cet univers artistique jusqu’à lors exclusivement masculin.
 
Depuis les années 1980, les séries de l’artiste, qui combinent plus étroitement mots et images, abordent les thèmes de la violence, du pouvoir ou de la sexualité, véhiculés par les médias.
En 1987, sa formule « I shop therefore I am » (=Je fais les magasins donc je suis) ironise sur l’idéologie dominante. Quelques années plus tard, elle inclut le son et réalise des films qui jouent sur les distorsions entre images et sens.
 


Pour aller plus loin

Pour mieux connaitre la vie et l’œuvre de cette artiste, cliquez ICI >
Pour mieux connaitre le contexte politique dans lequel l’œuvre “Your body is a battleground” est née, lisez l’analyse de Danne Largewall ICI >
Qu’est-ce qu’un photomontage ? Cliquez ICI pour découvrir les secrets de cette technique !

Scientia potentia est est une locution latine que l'on peut traduire par "Le savoir, c'est le pouvoir".
Bien que généralement attribuée à Francis Bacon, la première trace écrite de cette expression est dans l'édition latine du Léviathan de Thomas Hobbes.
Léviathan : ou matière, forme et puissance de l'Etat chrétien et civil / Thomas Hobbes  

Affiche 

Les ressources de l'artothèque pour les enseignants de maternelle et élémentaire

 

Une mallette thématique portant sur "la couleur" est disponible à l'artothèque ! Elle comprend une sélection de 3 oeuvres du fonds de l'artothèque accompagnées de fiches pédagogiques pour permettre d'exploiter cette thématique en classe.

Pour découvrir le dossier pédagogique , c'est ici.

Pour découvrir le guide de l'artothèque à l'usage des enseignants de maternelle et élémentaire des établissements scolaires de Saint-Priest, c'est .